Publié le

Fertilisant et engrais : besoin d’un coup de pousse ?

Quand on jardine, on veut le meilleur pour nos plantes, et c’est bien normal. On les bichonne, on est aux petits soins avec elles. Une solution efficace est de se tourner vers les fertilisants et les engrais. Mais on peut vite s’y perdre dans tout ce qui existe. Aujourd’hui, je vous donne les bases pour comprendre le jargon du jardinier !

Un fertilisant, qu’est-ce que c’est ?

Un fertilisant est une substance qui nourrit les plantes et le sol.
Il peut être d’origine animale, comme le fumier de cheval ou la bouse de vache, ou végétal, comme le compost.
Le fertilisant assure à la plante une pousse plus belle et plus rapide grâce à ses teneurs importantes en azote, phosphore, potassium, calcium ou encore magnésium. Ces nutriments utiles aux plantes sont habituellement trouvés dans les sols. Mais certains sols peuvent perdre leur potentiel nutritif après, par exemple, des cultures trop intensives ou la pousse de plantes trop gourmandes. Le fertilisant peut donc également nourrir le sol pour lui fournir tous les nutriments qui lui manquent.
Mais tout cela, les engrais le font aussi. Alors, quelle est donc la différence entre fertilisants et engrais ?

 

Crédit : L’Échoppe Végétale

Un engrais ou un fertilisant ?

Le choix est à faire selon votre sol. En effet, engrais et fertilisant apporteront la même chose aux plantes, mais agiront différemment sur le sol.
Les engrais sont généralement sous forme liquides ou de granulés. Ils nourrissent la plante et le sol, puis disparaissent peu à peu.
Les fertilisants quant à eux ressemblent à de la terre. En les utilisant sur le sol, ils changent sa texture. Ainsi, un sol trop lourd peut être aéré et retrouver une belle texture grâce à un fertilisant, ce qu’un engrais ne peut pas lui apporter.

Attention à la pollution !

Si les fertilisants et engrais peuvent être naturels et 100% biodégradables, ce n’est pas pour autant que le risque de pollution disparaît. Utilisés en trop grande quantité, ils peuvent polluer les sols et les nappes phréatiques. Il est donc nécessaire de bien respecter les conditions d’utilisation !

Comment fertiliser mon sol si je n’ai pas de vache ou de cheval pour avoir du fumier ?

  • en récupérant du fumier dans les champs : armé d’un grand sac, d’une paire de gants et d’une petite pelle, vous pouvez vous faufiler sous les barrières d’un champ. Mais je ne vous le recommande pas, il y a peut-être un taureau dans le champ, et le propriétaire utilise peut-être ce fumier !
  • en demandant à un éleveur : pourquoi pas, si vous en connaissez un près à vous céder un peu de fumier pour votre potager. Attention cependant aux conditions de vie (notamment l’alimentation et les traitements médicamenteux) des animaux, vous ne voulez pas empoisonner votre potager !
  • en utilisant La Belle Bouse : cette jeune marque lyonnaise propose à la vente des granulés de bouse de vache en version écologique. Oui oui, vraiment !
Crédit : L’Échoppe Végétale

 

La Belle Bouse

Les granulés de bouse de vache proposés par La Belle Bouse sont à l’interface entre fertilisant et engrais : ils ne modifient pas la structure du sol, mais sont intégralement composés de fumier.
Ils s’utilisent toute l’année en intérieur. En extérieur, il est inutile de fertiliser son sol l’hiver. Enterrées autour des racines à quelques centimètres de profondeur, les granules vont répandre peu à peu leurs nutriments dans le sol et la plante pourra s’en nourrir durant 3 mois. Si vous avez peur des odeurs, vous pouvez vous rassurer : une fois enterrées, les granules n’en émettent pas. Votre intérieur ne fleurera pas bon la campagne toute l’année !
La bouse de vache utilisée est soigneusement sélectionnée pour apporter le meilleur aux plantes : elle vient d’exploitations en agriculture biologique de la région Auvergne-Rhône-Alpes et est ensachée dans un ESAT (Établissement et Service d’Aide par le Travail) de la région. La marque est labellisée Nature et Progrès et est utilisable en agriculture biologique.
La Belle Bouse a aussi l’avantage d’être écologique, autant que possible. Le transport se limite au strict minimum, et le packaging est en carton recyclable.

Pour toutes ces raisons, le projet de La Belle Bouse correspond aux valeurs que je promeus, et les produits ont donc rejoint l’eshop. Pour shopper votre bouse, c’est par ici !

Et pour les vegan ?

Eh oui, les vegans refusant l’exploitation animale et tous les produits qui en découlent, la bouse de vache n’est pas vraiment leur indispensable au jardin ! Mais de nombreux engrais et fertilisants végétaux existent et sont tout aussi efficaces !

Publié le

Des plants originaux au potager

Ce que j’aime au potager, ce sont les produits qu’on ne trouve pas au supermarché. Des légumes, des fruits et des aromatiques originaux qui me font découvrir de nouvelles saveurs. Vous l’avez peut-être déjà compris en voyant les variétés de graines assez méconnues que je vous propose dans la box jardinage.

Alors, vous me rejoignez pour partir à la découverte de plantes potagères rares ?

 

Les crosnes

Ce légume racine au look particulier est originaire d’Asie. Il a été introduit en France peu avant les années 1900, et a rapidement conquis le pays. En effet, les famines durant les deux guerres mondiales en ont fait un ingrédient de choix qui a ensuite été oublié à cause des mauvais souvenirs qu’il rappelait.

Il revient peu à peu au goût du jour pour notre plus grand bonheur : ce légume d’hiver à la saveur d’artichaut permet de changer des éternelles pommes de terre. L’avantage ? Il ne faut pas l’éplucher, c’est du temps de gagné !

 

Le concombre cocktail

Serait-ce une mini-pastèque ? Mais non, c’est un concombre cocktail. qu’on appelle aussi cucamelon ou concombre mexicain, puisqu’il est originaire d’Amérique centrale. Il se déguste comme son grand cousin, cru ou mariné. Sa culture est assez simple et prolifique dans un milieu ensoleillé.

Vous pouvez retrouver les graines bio et reproductibles de concombre cocktail jusqu’au 31 août 2018 sur la boutique en ligne.

Les groseilles à maquereau

Derrière ce nom ichtyen (qui est relatif aux poissons. On n’apprend pas que des mots barbares au sujet du jardinage !) se cachent de beaux fruits acidulés et poilus. Leur relation avec les maquereaux est purement culinaire : on peut utiliser leur jus dans des plats à base de maquereaux.

Moins connues que les classiques groseilles en grappe, les groseilles à maquereaux forment de plus gros fruits juteux.

L’aubergine Ping Tung

Cette ancienne variété rustique est originaire de Chine. Elle pousse aujourd’hui très bien dans nos potagers occidentaux. Elle a l’avantage d’être petite (moins d’un mètre de haut) et productive. Les aubergines obtenues sont longues et fines, d’une belle couleur violette.

Les recettes pour profiter au mieux de ce légume que nous connaissons mieux sous une autre forme sont très nombreuses. Pour accompagner les sautés, les grillades, pour apporter une touche plus originale à une pizza : vous ne manquerez pas de choix pour la goûter !

 

Le shiso pourpre

Les feuilles de cette plante japonaise sont un condiment très réputé dans les grandes cuisines. Une croissance facile et rapide font de cette plante une bonne compagne, aussi bien comme aromate que comme plante ornementale. Les feuilles pourpres peuvent servir de colorant. Les jeunes pousses peuvent aussi être utilisée pour décorer les plats. Vous l’aurez compris, cette plante au goût acidulé unique a plus d’un tour dans ses graines !

Les variétés rares ou anciennes de fruits et légumes reviennent sur le devant de nos étals de marchés, et ce n’est pas pour me déplaire. Je peux varier les plaisir au jardin comme en cuisine, et j’espère bien que vous me suivrez dans ces découvertes !

 

Retrouvez des graines de plantes bio et reproductibles peu connues sur la boutique en ligne jusqu’au 31 août 2018, et dans votre box jardinage à chaque nouvelle saison.

Publié le

Un repas fleuri 100% végétal

Les fleurs comestibles sont rarement présentes dans nos assiettes. Elles sont pourtant aussi délicieuses que belles dans de nombreuses préparations culinaires.

Pour inverser la tendance, je vous propose aujourd’hui un repas complet entrée-plat-dessert-boisson. Chacun des plats de ce menu vous permettra de déguster les fleurs comestibles vendues sur l’eshop.

Les recettes proposées sont toutes végétaliennes, sans gluten ou adaptables, et surtout avec la quasi-totalité des ingrédients d’origine locale.

 

Entrée végétale et fleurie

Mesclun fleuri, tomates et figues

 

Difficulté : Très facile

Temps de préparation : 10 minutes

 

Ingrédients pour 4 personnes :

100g de mesclun

20g feuilles de chrysanthèmes

Une vingtaine de tomates cerise

Une poignée de pignons de pin

4 figues fraîches

Une petite poignée de fleurs de chrysanthème

Une cuillère à soupe de vinaigre balsamique

Deux cuillères à soupe d’huile d’olive

Une pincée de sel

Quelques tours de moulin de poivre

 

Étape 1 : Laver le mesclun et les feuilles de chrysanthème, les mélanger dans un saladier.

Étape 2 : Laver et couper les tomates cerises et les figues fraîches, les ajouter au mesclun.

Étape 3 : Ajouter les pignons de pin et les fleurs de chrysanthèmes lavées à la salade. Mélanger.

Étape 4 : Mélanger l’huile d’olive, le vinaigre balsamique, le sel et le poivre dans un bol. Verser la sauce sur la salade et mélanger avant de servir.

 

Plat végétal

Risotto de courgettes aux capucines

 

Difficulté : Moyenne

Temps de préparation : 30 minutes

 

Ingrédients pour 4 personnes :

2 verres de riz rond

2 courgettes moyennes

2 échalotes

1 gros oignon

2 litres de bouillon de légumes

Un vin blanc sec

1 grosse cuillère à soupe de moutarde

Quelques petites feuilles et fleurs de capucines

De l’huile d’olive

Une pincée de sel

Quelques tours de poivre du moulin

 

Étape 1 : Hacher finement les échalotes et l’oignon et les faire revenir à la poêle dans de l’huile d’olive. Ajouter le riz. Quand il s’est bien imprégné de l’huile d’olive, ajouter les courgettes découpées en cubes.

Étape 2 : Ajouter une louche de bouillon de légumes. Remuer régulièrement jusqu’à absorption du liquide, puis ajouter un verre de vin blanc.

Étape 3 : Faire cuire en ajoutant alternativement une louche de bouillon et un verre de vin blanc quand tout le liquide a été absorbé. Remuer régulièrement tout au long de la cuisson.

Étape 4 : Quand le riz est cuit (après une vingtaine de minutes), ajouter la moutarde, le sel et le poivre. Bien mélanger.

Étape 5 : Servir en décorant l’assiette de feuilles et fleurs de capucine.

 

Crédit : Échoppe Végétale

Dessert fleuri

Pancakes à la confiture de coquelicots

 

CONFITURE :

Difficulté : Moyenne

Temps de préparation : 1 heure

 

Ingrédients pour la confiture :

150g de pétales de coquelicots

2 litres d’eau

2kg de sucre à confiture

 

Étape 1 : Dans une grande casserole ou un confiturier, faire cuire les pétales de coquelicot pendant 15 minutes dans l’eau à petits bouillons puis laisser reposer au moins 2 heures

Étape 2 : Filtrer avec une étamine et peser le jus obtenu. Y ajouter le même poids en sucre, et faire cuire de nouveau, pendant environ 40 minutes.

Étape 3 : Tester la cuisson : si une goutte versée sur une assiette fige et ne coule pas, c’est que la confiture est prête. La mettre en bocal stérilisé, fermer le bocal et le retourner pendant 24h. Conserver ensuite la confiture au frigo et la consommer rapidement.

Pour stériliser votre bocal correctement : https://www.leparfait.fr/comment-faire-ses-confitures

Crédit : Échoppe Végétale

PANCAKES :

Difficulté : Très facile

Temps de préparation : 10 minutes

 

Ingrédients pour les pancakes :

250g de farine de blé T80 (ou un mix de farine sans gluten)

3g de bicarbonate de sodium

450g d’eau

Optionnel : 50g de sucre

 

Étape 1 : Mélanger les ingrédients secs (farines, bicarbonate de soude, sucre) dans un cul-de-poule. Ajouter l’eau progressivement en fouettant la pâte.

Étape 2 : Huiler une poêle chaude, y verser une louche de pâte. Retourner lorsque la pâte est complètement asséchée et poursuivre la cuisson pendant 2 minutes.

Étape 3 : Déguster avec la confiture de coquelicots.

 

Boisson fleurie

Infusion de boutons floraux de chrysanthèmes

 

Difficulté : Très facile

Temps de préparation : 15 minutes

 

Ingrédients pour 1 litre d’infusion :

Une poignée de fleurs de chrysanthèmes séchées

1 litre d’eau

 

Étape 1 : Faire chauffer l’eau. Arrêter le feu juste avant l’ébullition (l’eau bouillante peut altérer les propriété des fleurs).

Étape 2 : Laisser infuser les fleurs dans l’eau chaude pendant 5 à 10 minutes.

Étape 3 : Ajouter si besoin un produit sucrant, et déguster.

 

Avec ce repas fleuri complet, vous pourrez tirer parti de vos fleurs comestibles. Vite, en cuisine !

Si vous n’êtes pas encore équipés en fleurs comestibles, vous pouvez les shopper ici jusqu’au 31 août :