Publié le

5 idées pour cadeaux écolo pour la fête des mères

5 idées cadeaux écolo pour la fête des mères nature

Si vous n’avez pas encore trouvé l’idée cadeau idéal à offrir à votre maman voici une liste de 5 idées cadeaux écolo à lui offrir. Pour la fête des mères, un anniversaire ou un enterrement de vie de jeune fille c’est l’idée cadeau écolo qu’il vous faut.

Pour vous offrir cette liste d’idées cadeau, je me suis laissée inspirer par Mère Nature. Elle m’inspire chaque jour, pour élaborer les box et dénicher de beaux produits, plus respectueux de l’environnement.

Idée cadeau 1 : brumisateur en cuivre

Un objet déco ou un outil de jardinage, ce brumisateur fabriqué en Angleterre est un objet multifonction. Lorsque vous ne l’utilisez pas, il prônera dans le salon en attendant que vous l’utilisiez pour humidifier vos plantes d’intérieur. C’est l’outil idéal si vous souhaitez l’offrir à un amateur de plantes tropicales.

brumisateur en laiton style vintage pour humidifier les plantes vertes
brumisateur laiton / crédit : échoppe végétale

Idée cadeau 2 : petite paire de ciseau rétro

Comment ne pas craquer devant cette paire de ciseau noir au style rétro ? Que vous soyez jardinier ou gourmet, au potager ou en cuisine utilisez cet accessoire. Ce petit ciseau noir sera toujours à portée de main pour toutes vos activités.

paire de petit et grand ciseaux de cuisine pinceur noir
ciseau pinceur / crédit : échoppe végétale

Idée cadeau 3 : tablier en lin lavé

Ce tablier en lin lavé est le cadeau écolo et responsable qui viendra garnir la penderie de tous les créatifs. Que vous soyez adepte de peinture, de poterie, de jardinage, de cuisine ou tout au loisirs créatifs, c’est l’accessoire qui vous faut. Ne tardez pas pour commander la tablier qui vous plaît. Ce tablier fabriqué en Lituanie est disponible en édition limité.

tablier en lin lavé, bois de rose, vert coriandre, marin rayé blanc et gris - Échoppe Végétale
tablier en lin lavé / crédit : échoppe végétale

Idée cadeau 4 : box jardinage bio “Au pays de Mère Nature”

Cette box jardinage bio « Au pays de Mère Nature » a été conçue pour valoriser les femmes et le végétal. Ce coffret cadeau écolo est une ode à Mère Nature. Vous y trouverez des produits éco-responsables autour des fleurs : bain fleurie, graines de fleurs comestibles à faire pousser, confit de fleurs comestibles,…

la box jardinage bio "Au pays de Mère Nature"
box mère nature / crédit : échoppe végétale

Idée cadeau 5 : plantoir à petits bulbes

Si votre maman, votre meilleure amie ou votre voisine est une adepte du jardinage et cultive des géranium sur son balcon, c’est l’idée cadeau qu’il lui faut. Avec ce plantoir à bulbe, votre attention ne manquera pas d’originalité.

Plantoir à petits bulbes et crocus en bois FSC - dewit
plantoir à bulbe / crédit : échoppe végétale
Publié le

Fleurs de Cocagne, l’insertion des femmes par les fleurs bios

au pays de mère nature, une box jardinage bio en partenariat avec l'association vers l'insertion professionnelle des femmes, fleurs de cocagne - échoppe végétale

Le thème de la nouvelle box, Au pays de mère nature, a germé suite à la rencontre de Carole. L’empowerment des femmes est le grand sujet du moment. On ne cesse de mettre en lumière toutes ces femmes qui osent se lancer, parler, créer, s’imposer. Alors plutôt que de suivre ce mouvement sans qu’il résonne en moi, j’ai cherché un sujet qui m’animait personnellement : la nature.

C’est ainsi que l’envie de soutenir une association qui oeuvre pour les femmes et la nature a vu le jour. Soutenir Fleurs de Cocagne, cette association qui oeuvre pour l’insertion des femmes en utilisant comme support pédagogique l’agriculture prenait tout son sens.

Ainsi, pour chaque box vendue, une fois les différents et taxes soustraits, 3€ seront reversés à l’association pour la soutenir à notre échelle dans leur actions. Je dis “notre” car cet objectif sera possible grâce à vous !

Pour savoir ce que cet argent récolté permettra, découvrez les propos recueillis auprès de Carole, en charge de l’animation du réseau adhérents.

Le projet Fleurs de Cocagne souhaite apporter aux femmes en difficulté
une activité valorisante, créative, tournée autour de la nature et du beau.
– Carole –

coffret cadeau jardinage bio, au pays de m ère nature
Moodboard – Au pays de mère nature

Qui se cache derrière fleurs de cocagne ?

Le Jardin Fleurs de Cocagne a été créé à l’initiative de Jean-Guy Henckel. Il s’agit du fondateur du premier Jardin de Cocagne, du Réseau Cocagne et président de l’association Fleurs de Cocagne d’Avrainville.

Comment le Jardin Fleur de Cocagne a vu le jour ?

Et si les fleurs pouvaient être produites localement, selon le cahier des charges de l’Agriculture Biologique, vendues en circuit court, et favoriser l’insertion des personnes en difficulté ? C’est le pari fait par le projet « Fleurs de Cocagne Avrainville ».

Créé en 2014 et installé sur une ancienne exploitation horticole à Avrainville, le Jardin Fleurs de Cocagne est une Structure d’Insertion par l’Activité Economique (S.I.A.E), association loi 1901, adhérente du Réseau Cocagne et signataire de sa Charte nationale.

Fidèles à la philosophie du Réseau, les Jardins de Cocagne et leurs Adhérents, bien plus qu’être producteurs et consommateurs, sont avant tout unis par une action d’entraide citoyenne et responsable.

Plus de 20 ans après la création du premier Jardin de Cocagne, l’initiative s’inscrit pleinement dans le domaine de l’insertion par l’activité économique ayant comme support le maraîchage biologique. Fort de ce succès, une idée et surtout une question a germée dans l’esprit de Jean-Guy Henckel : comment appliquer ce modèle à une activité pensée pour les femmes ?

Dans le domaine de l’IAE (insertion par l’activité économique), les emplois proposés aux femmes en difficulté sont peu nombreux et surtout peu valorisant (ménage, repassage, tri des déchets…). L’idée de produire des fleurs est donc née.
– Carole –

micros bouquets, au pays de mère nature, une box jardinage bio en partenariat avec l'association vers l'insertion professionnelle des femmes, fleurs de cocagne - échoppe végétale
crédit : fleurs de cocagne

Quelle est la démarche de fleurs de cocagne ?

Pour Fleurs de Cocagne, l’objectif quotidien est d’aider des personnes à se reconstruire au travers d’un travail noble et valorisant. L’horticulture et le maraîchage biologiques sont utilisés en tant que support pédagogique et de remobilisation d’un public principalement féminin (70%).

Pendant leur contrat, les personnes en parcours d’insertion acquièrent de nombreuses compétences. Ces aptitudes seront transférables à d’autres domaines d’activité. Elles reprennent ainsi une confiance indispensable à leur futur.

au pays de mère nature, une box jardinage bio en partenariat avec l'association vers l'insertion professionnelle des femmes, fleurs de cocagne - échoppe végétale
crédit : fleurs de cocagne

Quelles sont vos activités ?

Notre métier est l’insertion par l’activité économique, c’est le cœur et le moteur de notre activité. Les supports d’activité sont l’horticulture et le maraîchage biologiques, la conception et vente de bouquets.

Nos légumes sont vendus sous forme de paniers hebdomadaires à nos adhérents. Les bouquets et fleurs sont eux vendus via plusieurs canaux (nos adhérents, boutiques bio, AMAP, fleuristes, foires et salons, événementiel type mariage…).

au pays de mère nature, une box jardinage bio en partenariat avec l'association vers l'insertion professionnelle des femmes, fleurs de cocagne - échoppe végétale
crédit : Cœur d’Essonne Agglomération

 

au pays de mère nature, une box jardinage bio en partenariat avec l'association vers l'insertion professionnelle des femmes, fleurs de cocagne - échoppe végétale
crédit : Cœur d’Essonne Agglomération

Une belle histoire à partager ?

Une salariée, que nous appellerons Justine, est arrivée chez nous timorée, anxieuse, très déstructurée par de lourdes problématiques socio-économiques. Murée dans sa détresse, elle n’était jamais contente et nous l’avions surnommée « Ronchonette » …

Puis elle a découvert l’émotion ressentie et partagée en réalisant ses premiers bouquets. Ce furent ses premiers sourires.

Jour après jour, elle retrouva une estime d’elle même et un aplomb qui lui permit de devenir « référente bouquets ». Ainsi, elle accompagne les nouvelles arrivantes dans leurs premières compositions florales.

Quelques mois plus tard, nous l’avons poussée à s’inscrire à un concours. Celui-ci allait la former en tant que monitrice destinée à travailler en ESAT. Elle fut reçue et s’y trouve encore, terminant sa première année.
Au mois de décembre dernier, notre directeur est allé faire une conférence à la CRAM d’Ile de France. Il a invité Justine à venir avec lui. Devant un parterre d’assistantes sociales, elle a raconté son parcours. Elle a expliqué son chemin de progression et défini son projet : devenir monitrice en ESAT et ainsi prendre en charge le quotidien professionnel de personnes handicapées.

Nous savons qu’elle y arrivera !

micros bouquets, au pays de mère nature, une box jardinage bio en partenariat avec l'association vers l'insertion professionnelle des femmes, fleurs de cocagne - échoppe végétale
crédit : fleurs de cocagne

Que préférez-vous dans votre activité ?

Les ateliers et autres journées participatives sont de beaux moments. Des personnes extérieures au jardin viennent passer quelques heures ou une journée. Ils visitent et participent à un atelier de confection de bouquets.

Nous avons déjà accueilli plusieurs groupes. Ils s’agit souvent des salariés d’entreprises ou de fondations partenaires. C’est toujours un beau moment d’échanges et de convivialité entre nos jardiniers et jardinières en insertion et les visiteurs. Nos salariés présentent leur métier. Ils font visiter l’exploitation, aident les participants à réaliser leur bouquet.

En règle générale, ces événements se déroulent sur une matinée. Ils sont suivis d’un repas fait maison qui permet encore plus de convivialité et d’échanges dans un temps plus informel.

micros bouquets, au pays de mère nature, une box jardinage bio en partenariat avec l'association vers l'insertion professionnelle des femmes, fleurs de cocagne - échoppe végétale
crédit : fleurs de cocagne

Comment sont financées vos actions ?

L’État prend en charge les salaires des personnes en insertion. Le Département de l’Essonne finance 50% des salaires de l’encadrement.
La Région Ile-de-France nous a aidés au démarrage. Le reste est financé par des subventions à l’investissement (matériels, travaux,…) et par notre chiffre d’affaires (qui ne doit pas dépasser les 30% de notre budget de fonctionnement car nous sommes une association).

Les subventions proviennent pour 25% de fonds publics, y compris de l’Europe et pour 75% de fonds privés (Fondations d’entreprises) que l’on obtient généralement sur concours.

JE VEUX LA BOX

 

 

Le petit mot de Carole

en charge de l’animation du réseau adhérents

 » Ce qui nous a séduit chez l’Échoppe Végétale : nos valeurs communes, la démarche de vulgarisation du jardinage urbain d’Anaïs et sa volonté de mettre en avant des initiatives locales et sociales, son engagement éco-responsable, sa personnalité, sa bienveillance et son esprit d’entrepreneuse !

Nous avons également été très flattés d’être la première association sélectionnée par Anaïs pour une box solidaire en édition limitée. Nous espérons que cette première édition sera suivie par beaucoup d’autres beaux partenariats entre l’Échoppe Végétale et des associations ! »

Publié le

La permaculture, une pratique à cultiver même sans jardin

La permaculture, une pratique à cultiver même sans jardin, interview de ferdinand responsable d'Ecosia France

Ces derniers temps, nous entendons de plus en plus parler de permaculture. Nous avons voulu en savoir un peu plus sur le sujet, et te donner quelques pistes, si toi aussi tu veux te lancer. Nous avons discuté permaculture avec Ferdinand Richter, qui nous a donné quelques explications.

Cet article sera séparé en 2 parties : la première vous permettra de faire connaissance avec Ferdinand et d’aborder la permaculture d’une manière générale.

Après un parcours axé sur la performance (sportif de haut niveau et coach d’entreprise), Ferdinand a cherché une voie professionnelle plus durable, pour être aujourd’hui responsable d’Ecosia en France, un moteur de recherche solidaire. Après avoir suivi des formations avec l’Université Populaire de Permaculture et Sepp Holzer, la permaculture est devenue sa philosophie de vie et de travail.

La permaculture, une pratique à cultiver même sans jardin, interview de ferdinand responsable d'Ecosia France
crédit : Markus Spiske

Quels sont les principes de la permaculture ?

Il y a différentes définitions de la permaculture, chacun se forge la sienne, mais les bases sont toutes identiques. Le but est de recréer et d’entretenir des écosystèmes autonomes avec une grande diversité de plantes interdépendantes, en s’inspirant de la nature.

La permaculture s’articule autour de 3 axes principaux :

  • prendre soin de la terre et de sa vie,
  • prendre soin de soi,
  • partager l’abondance créée.

On s’entraide ainsi à vivre mieux, à produire plus mais de manière plus naturelle. Le partage, c’est aussi ne pas tout récolter pour laisser la terre et la vie qu’elle abrite se nourrir. Ce système est très différent de l’exploitation qu’on retrouve dans l’agriculture traditionnelle qui pratique la monoculture (culture d’une seule espèce sur une grande parcelle). En supprimant toute la diversité des sols et en les traitant, on obtient des sols morts.

La permaculture est basée sur de nombreux principes tels que la gestion de l’énergie ou des déchets, qui sont expliqués plus en détails ici.

La permaculture, une pratique à cultiver même sans jardin, interview de ferdinand responsable d'Ecosia France
crédit : Eco Warrior P

La permaculture est-elle un sujet récent ?

Le mot « permaculture » est une contraction des mots « agriculture » et « permanente », C’est donc une agriculture durable. Ce sont Bill Mollison (scientifique environnementaliste) et David Holmgren (consultant et formateur en permaculture) qui ont créé ce terme il y a tout juste 40 ans.

Cependant, on appliquait déjà les principes de la permaculture bien avant l’industrialisation, en développant la diversité dans les petits jardins. On parle de plus en plus de permaculture aujourd’hui car la communication se développe sur ce sujet, nous ne sommes plus seulement dans l’action.

C’est du jardinage, mais pas seulement :
on va avec la nature et pas contre, on lui fait confiance.

La permaculture est-elle une méthode productive ?

Le but de la permaculture n’est pas d’avoir une production démesurée. Avec la permaculture, on sort du « toujours plus », on n’utilise que ce dont on a besoin, en promouvant l’abondance et la diversité naturelle plus que la quantité. On produit plus de diversité mais en moins grandes quantité.

On ne peut pas prévoir la production, mais ce système a l’avantage de permettre de se retourner facilement. Par exemple, en cas d’une année de sécheresse, on ne produira que des plantes qui ne sont pas sensibles à la sécheresse. Il faut faire confiance à la nature : à la fin, on aura assez.

La permaculture, une pratique à cultiver même sans jardin, interview de ferdinand responsable d'Ecosia France
crédit : Ferme biologique du Bec Hellouin

Existe-t-il différentes manières de faire ?

Il n’y a pas une seule règle à suivre, chacun adapte ce qu’il fait à son écosystème. Il y a en revanche une éthique commune. Les écosystèmes dans lequels nous vivons sont tous différents (ville, campagne, ombre, soleil). Il faut énormément expérimenter pour savoir ce qui marche et trouver la bonne manière de faire.

Cela passe tout d’abord par l’observation de l’écosystème et de ce qui s’y passe naturellement. Il n’y a pas de hasard.

Une « mauvaise herbe » est là pour indiquer un état naturel du sol.
En l’observant, on commence à mieux appréhender son écosystème.

 

Cette première partie d’article touche à sa fin.
Mais pas de panique.
Retrouvez très prochainement tous les conseils de Ferdinand
pour vous lancez dans la permaculture sans vous planter !