Publié le

Rencontre au Mob Hotel avec Les jardins de Julie

portrait, les jardins de Julie au Mob Hotel, Saint-Ouen - Échoppe Végétale

Qui es-tu ?

Je m’appelle Julie, j’ai 33 ans et je vis à St Ouen depuis plus de 2 ans maintenant. Je viens d’une famille de fleuristes et jardiniers, avec qui j’ai dû travailler pendant mon enfance/adolescence mais j’ai finalement choisi de faire des études d’audiovisuel et suite à cela j’ai travaillé pendant 10 ans en maison de disque.

Il y a 1 an et demi j’ai décidé de revenir au métier de mes parents mais en ciblant mon intérêt sur l’agriculture urbaine et la production locale. J’avais envie d’exercer un métier qui a du sens, être proche de la nature et être mon propre patron.

C’est en rencontrant Rachel Smets (Les Jardins de nos grands-mères à Bonnieux) sur un marché de producteurs dans le sud que j’ai compris que je voulais faire la même chose. Elle vendait des variétés de pieds de Menthe, Basilic, Tomate et autres que je n’avais jamais vu auparavant, j’ai trouvé ça tellement inspirant et intéressant !

Lorsque j’ai commencé à me poser des questions sur une reconversion c’est devenu évident que c’était ça. J’ai donc fait des formations à l’Ecole du Breuil, à l’Ecole des Plantes de Paris (formation en botanique, plantes et santé) où je suis actuellement en 2ème année et également du bénévolat dans des jardins partagés.

 

portrait, les jardins de Julie au Mob Hotel, Saint-Ouen - Échoppe Végétale
crédit : les jardins de Julie

 

Cela m’a permis d’avoir une idée plus précise et d’affiner mon projet “Les Jardins de Julie” qui était le nom de la boutique de fleurs de ma mère.

Mon projet est devenu clair : la production de plants d’aromatiques, plantes médicinales, petits fruits et légumes et fleurs comestibles sous serre et la vente direct sur des marchés et sur mon lieu de production.

Au même moment le Mob Hôtel à ouvert à quelques mètres de chez moi, j’y ai rencontré Cyril Aouizerate (Fondateur du lieu) et Aline Afanoukoé (Directrice artistique) qui après plusieurs collaborations ont accepté de me laisser bénéficier d’une petite surface sur le toit de l’hôtel pour y installer ma serre.

J’avais envie d’exercer un métier qui a du sens, être proche de la nature et être mon propre patron.

portrait, les jardins de Julie au Mob Hotel, Saint-Ouen - Échoppe Végétale
crédit : les jardins de Julie

As-tu une anecdote à raconter sur ta pratique du jardinage ?

Je n’ai pas vraiment d’anecdote par contre si je peux donner un conseil ce serait de bien se former sur la reconnaissance de plantes.

À l’École des plantes on fait des stages au cours de l’année où l’on part en randonnée, notre prof de Botanique nous apprend à reconnaître les plantes sur notre chemin et notre prof de plantes médicinales prend le relais en nous apprenant à quoi elles servent et comment les utiliser. C’est une formation tellement complète et passionnante.

portrait, les jardins de Julie au Mob Hotel, Saint-Ouen - Échoppe Végétale
crédit : les jardins de Julie

Une belle histoire à raconter depuis que tu t’es lancée dans ce projet ?

Pour acheter ma serre et tout le matériel dont j’avais besoin j’avais lancé une cagnotte KisskissBankbank d’une durée de 20 jours, mais au bout de 10 jours j’avais déjà atteint le montant souhaité juste avec l’aide de mes amis et ma famille, je n’aurai jamais imaginé ça !!!

Et également depuis que j’ai débuté mes formations en parallèle j’ai aussi commencé à travailler avec la Guinguette d’Angèle, une jeune cheffe naturopathe, spécialisée dans la cuisine bien être qui utilise essentiellement des produits locaux, issus de l’agriculture biologique.

J’adore son travail et son équipe est tellement super !!! Ma meilleure rencontre professionnelle.

Quelles sont tes plantes préférées ?

C’est super difficile il y en a tellement. Mais de façon générale je dirai celles qui peuvent s’utiliser dans la cuisine.

Quelle est ta plante aromatique préférée et comment la cuisines-tu ?

J’adore la Menthe Bergamote !

Très parfumées les feuilles vont très bien avec les desserts, par exemple dans une salade de mangue et fruits de la passion, quelques graines de sésame ou de lin et un filet d’huile d’Olive.

En été j’adore aussi utiliser des feuilles de Basilic pourpre (goût très épicé) avec de la Burratina bien crémeuse (que je prends chez Capri Bazar dans le 10eme) avec juste un filet d’huile d’olive et du gros sel.

Plus c’est simple, plus c’est bon !!!

Comment sélectionnes-tu les variétés de plantes que tu produis ?

Je sélectionne mes graines en fonction de ce que j’aimerai avoir sur mon balcon, j’aime bien l’idée d’avoir des variétés qu’on ne trouve pas ailleurs comme des plants d’Ortie, Sésame, Camomille, Réglisse, Chia, Goji, Pissenlit, Houblon, Géranium odorant, Bourrache, Fenouil, etc… Et je vais sur les sites des semenciers qui produisent des graines non traitées pour faire mes commandes

Un dernier mot pour la fin ?

Je n’ai aucun regret d’avoir quitté mon travail précédent et le confort qui allait avec. Si on a l’envie et la possibilité de se reconvertir il ne faut pas hésiter une seule seconde !!!

Retrouvez Les Jardins de Julie

Sur Instagram – Les jardins de Julie

Sur Facebook – Les jardins de Julie

Les jard au Mob Hotel de Saint-Ouen

 

Publié le

Les fleurs comestibles de l’herbier St-Fiacre dans un confit de fleurs bios

confit de fleur bio à base de fleurs comestibles d'acacia bio par l'herbier Saint-Fiacre, à retrouver dans la box jardinage bio de l'échoppe végétale pour la fête des mères

L’Échoppe Végétale aime les fleurs comestibles sous toutes leurs formes ! C’est pourquoi vous trouverez dans le coffret “Au pays de Mère Nature”  un petit pot de confit de fleurs bios, d’acacia ou de rose. J’ai posé quelques questions à Sophie Gallet, qui les fabrique dans sa ferme à  L’Herbier de Saint-Fiacre.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Sophie Gallet, ancienne biologiste en pharmacie. Je me suis reconvertie en productrice de plantes bio il y a près de 10 ans. Je travaille avec mon mari Olivier dans une démarche durable. Nous utilisons la traction animale sur notre exploitation pour ne pas meurtrir le sol, l’exploitation est en agriculture biologique… Nous produisons des plantes aromatiques et médicinales, fraîches ou séchées, et quelques produits transformés comme les confitures.

confit de fleur bio à base de fleurs comestibles de roses bio par l'herbier saint-Fiacre, à retrouver dans la box jardinage bio de l'échoppe végétale pour la fête des mères

Quelles valeurs et procédés se cachent derrière vos produits ?

Je produis exclusivement à la main en partant de la graine le plus souvent. Je maîtrise donc à 100 % toute la production jusqu’à la transformation, le conditionnement et l’étiquetage. Je produis seule pour le moment et donc non en quantité mais en me focalisant sur la qualité.

Qu’est-ce qui vous a convaincue de collaborer avec l’Échoppe Végétale ?

La demande m’a intéressée. Je suis partante pour toute nouvelle façon de faire connaître mes créations et mon travail. C’est la passion du vivant qui m’anime.

 confit de fleur bio à base de fleurs comestibles de roses bio par l'herbier saint-Fiacre, à retrouver dans la box jardinage bio de l'échoppe végétale pour la fête des mères

En jardinage avez-vous une anecdote à raconter ?

Parfois ce sont les « mauvaises » herbes qui nous apprennent le plus. Rien de meilleur qu’une salade de « mauvaises herbes » sauvages par exemple. Autre point : j’ai essayé l’année dernière de mettre un couvre sol « utile » aux pieds d’une ligne nouvelle de framboisiers. J’ai installé un repiquage de camomille romaine. Objectif : faire une synergie entre les 2 cultures et mutualiser les entretiens : désherber, arroser 2 cultures en même temps et me servir de la camomille pour limiter l’enherbement des framboisiers. Résultat malheureusement négatif. Les framboisiers n’ont pas grandi comme inhibés par la camomille. Tentative séduisante sur le papier mais très décevante en réalisation. « On ne peut pas toujours gagner » comme diraient mes enfants !

confit de fleur bio à base de fleurs comestibles d'acacia bio par l'herbier Saint-Fiacre, à retrouver dans la box jardinage bio de l'échoppe végétale pour la fête des mères

Quels sont vos conseils pour conserver au mieux les confitures ? Comment conseillez-vous de les déguster ?

Les confitures que je commercialise sont pasteurisées. Elles se conservent donc plusieurs années avant ouverture sans aucun souci. Après ouverture il faut les garder à 4 °C.

Conseil de dégustation : pour la rose, avec du fromage bleu ou des fromages types comté. Pour l’acacia, dans un yaourt, sur une crêpe ou tout simplement une tartine ou avec un fromage.

confit de fleur bio à base de fleurs comestibles d'acacia bio par l'herbier Saint-Fiacre, à retrouver dans la box jardinage bio de l'échoppe végétale pour la fête des mères

Une dégustation vous tente ? Retrouvez Sophie et ses confitures dans notre coffret “Au pays de Mère Nature”!

 

JE VEUX LA BOX

Publié le

Jardiner zéro déchet avec l’essuie main Doux comme du coton

jardiner zéro déchet avec l'essuie-main en coton bio, doux comme du coton dans la box jardinage bio pour la fête des mère de l'échoppe végétale.

Vous le savez, L’Échoppe Végétale a à coeur de promouvoir une consommation plus responsable, moins impactante pour la planète, moins génératrice de déchet… Vous retrouvez ces valeurs dans plusieurs des produits proposés sur l’e-shop. C’est le cas de l’essuie-mainlavable zéro déchet que vous recevez avec le coffret  »Au pays de Mère Nature ». Voici quelques mots de sa créatrice, Anne-C, de Doux comme du coton.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Anne-C, trentenaire soucieuse de réduire ses déchets et d’une consommation raisonnée qui impacte le moins possible notre planète.

jardiner zéro déchet avec l'essuie-main en coton bio, doux comme du coton dans la box jardinage bio pour la fête des mère de l'échoppe végétale.

Quelle est ton activité et ta démarche ?

Je suis créatrice textile zéro-déchet, cela signifie que toute mon activité est réfléchie de telle sorte que les matières premières soit 100% naturelles, en coton biologique, respectueuses de l’environnement et éthiques car issues du commerce équitable.

Je m’implique également dans une couture responsable dans le sens où la coupe des tissus est optimisée pour avoir le moins de chutes possibles, et le peu de chutes qu’il reste ressert ensuite pour le rembourrage d’autres créations.

Je fais aussi en sorte de ne pas suremballer les commandes, les enveloppes sont en kraft (recyclées et recyclables) et les protections sont upcyclées, c’est-à-dire issues de précédents envois (réceptions de colis de tissus par exemple, ou des amis qui me gardent les emballages de commandes qu’ils reçoivent eux-mêmes).

jardiner zéro déchet avec l'essuie-main en coton bio, doux comme du coton dans la box jardinage bio pour la fête des mère de l'échoppe végétale.

Qu’est-ce qui t’a convaincue de collaborer avec l’Échoppe végétale pour cette box ?

Anaïs et moi nous sommes rencontrées à plusieurs reprises lors d’événements autour du naturel et du zéro-déchet, nous nous suivons également sur Instagram depuis longtemps car nous partageons les mêmes valeurs environnementales, l’artisanat etc… C’est donc tout naturellement que j’ai accepté de faire partie de l’aventure !

jardiner zéro déchet avec l'essuie-main en coton bio, doux comme du coton dans la box jardinage bio pour la fête des mère de l'échoppe végétale.

Comment fais-tu au quotidien pour réduire ta production de déchets ?

Je fais en grande partie mes courses en vrac, je recycle, je réutilise l’eau de mon sèche-linge à condensation ainsi que l’eau de la douche qui coule avant d’être à la bonne température, j’achète local et de saison, j’achète les meubles et les vêtements de seconde main dès que j’en ai l’opportunité, et à l’inverse je revends mes affaires ou les donne aux associations, et nous allons très bientôt avoir un composteur de quartier, j’ai hâte, cela me permettra de faire un pas de plus dans le zéro déchet !

jardiner zéro déchet avec l'essuie-main en coton bio, doux comme du coton dans la box jardinage bio pour la fête des mère de l'échoppe végétale.

Es-tu plutôt main gauche ou main verte en jardinage ?

Sans vouloir me jeter des fleurs (vous noterez le jeu de mots facile ahah !) j’ai plutôt la main verte, malheureusement je suis limitée par l’espace, n’ayant que des rebords de fenêtres, sinon on ne m’arrêterait plus ! Je rêve d’un grand potager qui nous permettrait d’être auto-suffisants en légumes, peut-être un jour

Une anecdote ? Je récupère souvent « en pension » les orchidées des copines qui sont quasi mortes, je m’en occupe quelques mois, je les bichonne et les leur rapporte en pleine forme 🙂

jardiner zéro déchet avec l'essuie-main en coton bio, doux comme du coton dans la box jardinage bio pour la fête des mère de l'échoppe végétale.

Quels sont tes conseils d’utilisation et d’entretien pour l’essuie-tout ?

L’essuie-tout se lave à 40° max en machine, mieux vaut éviter le sèche-linge, ils sèchent vite à l’air libre dans tous les cas. Il peut être utilisé aussi bien pour s’essuyer les mains après avoir jardiné, pour essuyer la vaisselle, faire le ménage, essuyer la table, faire office de serviette d’invité dans la salle-de-bain, et même de petite serviette de table !

 À vous de jouer pour réduire vos déchets avec cet essuie-tout lavable à retrouver dans le coffret  »Au pays de Mère Nature » !

 

JE VEUX LA BOX