Publié le

La permaculture, une pratique à cultiver même sans jardin 2/2

Nous voici de retour pour la seconde partie de l’article sur la permaculture. Découvrez les conseils et astuces de Ferdinand et lancez-vous !

 

Est-ce un type de culture est difficile à mettre en place ?

La permaculture est très facile à mettre en place. Comme le rendement n’est pas ce qui importe, les tests non fructueux sont autant de moyens d’apprendre ! On accepte et on respecte ainsi le rythme de la nature, de ses saisons, on sort de l’urgence et on prend soin de nous et de notre écosystème.

crédit : Markus Spiske sur Unsplash

Quand on débute en jardinage, est-il judicieux de se lancer immédiatement dans la permaculture ?

On peut se lancer dans la permaculture même sans base de jardinage. Mais il faut commencer à très petite échelle, avec de petites expérimentations qui nous permettront d’appendre, de comprendre, et de pouvoir ainsi pas à pas construire un jardin complet. C’est un processus qui peut être long, mais qui respecte lui aussi le rythme de la nature.

crédit : Thomas Gamstaetter on Unsplash

Pourrais-tu donner quelques astuces simples à mettre en place pour se lancer ?

Le compostage même sans jardin

La première chose à faire est de commencer un compost. Et même sans jardin, il existe des solutions : le lombricomposteur, le compostage en composeur partagé… De cette manière, on évite de jeter des ressources pour la terre !

crédit : Gabriel Jimenez sur Unsplash 

Le compagnonnage ou quand les plantes font ami-ami

On peut ensuite s’intéresser au compagnonnage. Il s’agit de rechercher, quand on cultive une plante, quelles autres plantes s’accommodent bien de sa présence. Ce sont généralement les plantes qui finissent ensemble dans nos plats car elles s’accordent bien, comme la tomate et le basilic.

crédit : Dennis Klein sur Unsplash

Le paillage pour économiser l’eau

On peut tester le paillage. Il s’agit de rajouter un petit lit de paille autour de nos plants pour diminuer leurs besoins en arrosage. D’ailleurs, semer des graines plutôt qu’acheter des plants est très formateur et change la dynamique du jardinage !

crédit : Maddy Baker sur Unsplash

Le zéro déchet

Pour aller plus loin, on peut aussi repenser tout notre écosystème (pas seulement notre jardin, mais également les lieux où nous vivons) pour le rendre plus durable, par exemple en mettant en place des solutions zéro déchet.

Partager plutôt qu’acheter

Le principe du partage s’applique aussi à la connaissance : avant d’acheter, regardez le contenu gratuit disponible sur internet ! Il y en a beaucoup, et de qualité. Le partage est également valable pour le matériel de jardinage.

Sortez du système de consommation et lancez-vous dans l’économie circulaire, dans la récupération (par exemple de palettes), essayez de faire avec le moins possible.

crédit : Neslihan Gunaydin sur Unsplash

Lancez-vous

Et quelques conseils pour bien se lancer en permaculture : soyez curieux, amusez-vous, acceptez vos erreurs, ayez de petits objectifs pour avancer un petit pas après l’autre.

Pour aller plus loin

Sur YouTube : « permaculture agroécologie etc » :  des vidéos chaque mois pour jardiner de manière plus écoresponsable
Sur internet : www.permaculture.fr et son association brin de paille, université populaire de permaculture, permaculture design
Sur papier : Perma-culture, tome 1, de Bill Mollison et David Holmgren

 

Maintenant que vous avez les bases et des ressources, à vous de (vous) planter !

Publié le

Unboxing « Au pays de Mère Nature » : les aquarelles

Dahlia, pivoines, roses… Marie a sorti sa palette de couleurs pour dessiner les fleurs du coffret  « Au pays de Mère Nature » ! Elle nous entraîne dans son univers d’aquarelles végétales le temps de quelques coups de pinceau.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Marie, j’habite à Paris et je suis passionnée par l’aquarelle. J’aime les couleurs, la fraicheur et la spontanéité de ce médium pas si facile à maîtriser. J’avais envie de partager mon aventure créative et mes astuces alors j’ai créé le site Les Tribulations de Marie. C’est une plateforme de cours vidéo sur l’aquarelle ainsi qu’un blog. Cela permet d’apprendre à son rythme et depuis chez soi

Quelle est ton activité, quelle est ta façon de travailler ?

Je suis ravie d’avoir réussi à faire de cette passion pour l’aquarelle un métier, après avoir travaillé plusieurs années comme ingénieure. Au quotidien, je prépare de nouveaux cours vidéos, les derniers portaient sur les fleurs (voir Fantastiques Fleurs) et les bases (voir Maîtriser les bases de l’aquarelle).  J’ai également la chance de travailler sur plusieurs projets de livres, le premier sur l’aquarelle étant sorti il y a peu. Paradoxalement, je prends moins le temps de peindre, mais j’essaye d’équilibrer au mieux toutes les casquettes

Qu’est-ce qui t’a convaincue de collaborer avec l’Échoppe Végétale ?

Les fleurs, c’est mon sujet de prédilection à l’aquarelle. Je suis fascinée par toutes leurs couleurs et formes. Naturellement, j’ai été tout de suite intéressée par le projet de l’Échoppe Végétale. Pour son thème principal mais aussi car c’est un projet d’entrepreneuriat créatif porté par une jeune femme comme moi, beaucoup de points communs qui donnent envie d’échanger ensemble  !

 

D’où tires-tu tes inspirations ?

Principalement de Pinterest et Instagram mais également de mes lectures, d’expositions, on a la chance d’en avoir de nombreuses à Paris et enfin de la nature. J’avoue qu’il me suffit d’un tour dans une serre botanique pour être inspirée à bloc. Aller dans un magasin d’art ou regarder des vidéos d’artistes (interviews, vlog) sont de bonnes sources d’inspiration également.

En jardinage, es-tu plutôt main gauche ou main verte ? As-tu une anecdote à raconter ?

J’adore avoir quelques plantes dans mon appartement. Je travaille sur la table de ma cuisine, j’y mets toujours quelques unes de mes plantes pour en profiter davantage quand je travaille. Je dirais que je suis plutôt main verte, a minima celles qui sont adaptées à mon appartement ont bien survécu jusqu’à présent ! Un jour j’ai oublié deux de mes plantes dans la salle de bain où je les arrose (une orchidée et un peperomia), elles y sont restées plusieurs jours à peine et j’ai déjà vu le changement. Il faut croire que l’humidité et la lumière leurs ont plu, elles n’ont jamais autant poussé alors je les ai laissées dans la salle de bain !

Le coffret « Au pays de Mère Nature » illustré par Marie est toujours disponible !

 

JE VEUX LA BOX

 

Crédits photos : Les Tribulation de Marie et l’Échoppe Végétale

Publié le

Unboxing « Au pays de mère nature » : bougie fleurie

Dans le coffret  »Au pays de Mère Nature », j’ai voulu mettre en avant les fleurs. Qui de mieux qu‘Organic Cocoon pour participer ? Voici le portait de Manon qui se cache derrière cette jolie marque de bougies fleuries !

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Créée en 2016, Organic Cocoon est une marque parisienne de produits de bien-être. Je crée des bougies naturelles et végétales aux huiles essentielles décorées de fleurs séchées.

Quels matériaux utilises-tu ?

J’utilise uniquement des matières naturelles et végétales. La marque est végane et majoritairement biologique. 80% des fournisseurs sont français par soucis économique et écologique. Les matières premières utilisées sont de la cire de soja, des huiles essentielles biologiques, des fleurs séchées naturellement en France, de la porcelaine de Limoges et des mèches en bois crépitantes.

Qu’est-ce qui t’as convaincue de collaborer avec l’Échoppe Végétale ?

L’originalité du concept et l’univers végétalisé.

D’où t’es venue l’idée des bougies fleuries ?

De mes passions. J’ai rassemblé tous mes centres d’intérêt dans cet objet décoratif et bienfaisant.

En jardinage, es-tu plutôt main gauche ou main verte ?

Cela dépend vraiment des plantes ! Soit elles se plai

sent tellement qu’elles grandissent à une vitesse folle soit elles font la tête au bout d’une semaine.

Quels sont tes conseils d’utilisation pour la bougie ?

Les bougies fleuries sont des bougies d’aromathérapie à utiliser pour leurs bienfaits.
Allumez-les au maximum deux heures par utilisation à l’abris du soleil et des courants d’air.
Si vous souhaitez préserver les fleurs : enlevez-les lorsque la surface s’est liquéfiée et replacez-les une fois la bougie éteinte 🙂

Une petite pause détente bougie et bain de fleurs, ça vous dit ? Retrouvez vite le coffret  »Au pays de Mère Nature » !

 

JE VEUX LA BOX